Language Iconlangue sélectionnée:frFrançais

La ville de Cottbus

Le nom de Cottbus est d'origine wende. Le nom du lieu provient soit du terme « kopsebus », qui signifie « vers le lieu de traversée au bord de la rivière », soit d'un nom propre slave, « Chotibud ». Encore aujourd'hui, les plaques de rue bilingues indiquent que Cottbus, avec sa minorité sorabe/wende, est la plus grande ville bilingue d'Allemagne. De remarquables monuments, témoins du passé, façonnent le paysage urbain, la vie avec et dans les vieux murs. Dans le quartier du Vieux Marché (« Altmarkt »), cœur de la ville reconstruit avec beaucoup de charme, règne une vie animée qui se prolonge tard dans la soirée.

Devant de magnifiques maisons bourgeoises et façades à pignon baroques, de romantiques terrasses de cafés se blottissent sous la majestueuse tour de l'église Oberkirche. Tout autour du centre historique, la ville moderne s'est installée. Les petites ruelles incitant à flâner cèdent la place aux artères modernes. Le grand cadran solaire aux superbes couleurs indique aimablement l'heure. La ville a connu quelques heures de gloire, notamment sur le plan sportif : juste en face de l'hôtel de ville, la « Voie de la gloire », avec ses plus de 50 plaques commémorant les médailles olympiques de sportifs de Cottbus, témoigne incontestablement de la fierté et des capacités des habitants de la ville. La plus grande ville de la Lusace a néanmoins conservé le charme d'une petite ville et rayonne, plus accueillante et plus belle que jamais. C'est le cas aussi du grand bâtiment du Théâtre d'État (« Staatstheater »), récemment rénové, sur la Schillerplatz. À Cottbus, nous sommes fiers, non seulement d'abriter le seul théâtre multidisciplinaire du Brandebourg, mais aussi de pouvoir montrer le plus beau théâtre de style Art Nouveau en Europe.

Au sud de la ville, relié à elle par des espaces verts qui bordent la Spree, le décor scénarisé du parc paysager de Hermann von Pückler-Muskau ouvre des perspectives totalement nouvelles. Les visions du monde de l'excentrique homme de lettres et créateur de jardins se sont ici concrétisées, au XIXème siècle, en d'émouvants écrins de verdure, dont l'emblème est la pyramide sur l'eau qui sert de sépulture au prince.

 

Cottbus de nos jours...

 ... a l'atmosphère d'une petite ville universitaire qui compte environ 8 000 étudiants et qui mise, économiquement et culturellement, sur la proximité de l'Europe de l'Est. En témoignent le Festival du film de Cottbus, qui met en lumière chaque année en novembre les créations cinématographiques d'Europe de l'Est, ainsi que le joyeux festival PolkaBEATS en été. En périphérie, les nombreux itinéraires régionaux et certifiés de randonnée cycliste constituent des atouts modernes qui dynamisent le tourisme. Le paysage, plat comme la main, y est propice au cyclisme, et offre des découvertes étonnamment variées : de gigantesques bandes transporteuses dans les mines à ciel ouvert encore exploitées de la région, la montée des niveaux d'eau dans les lacs de réhabilitation des paysages d'après-mine, les lacs de baignade, les vignobles revivifiés, jusqu'à la traditionnelle région de la Spreewald et ses cours d'eau romantiques. De nombreuses pistes cyclables bien aménagées permettent encore de nos jours à beaucoup de grands cyclistes allemands de s’entraîner ici en passant quasiment inaperçus de la circulation routière.

Mais c'est dans l'attachement à leur club de football, le FC Energie Cottbus, que la passion pour le sport des habitants s'exprime de la façon la plus bruyante. En phase ascendante comme descendante, les matchs du club entraînent immanquablement toutes sortes d'effusions intenses.